Les bons gestes du compostage -
suivez le guide

Publié le 09/03/2022 • Mis à jour le 09/03/2022 

Source : unsplash

Un composteur bien géré ne dégage aucune odeur, ni nuisance, si ce n’est un léger parfum d’humus. Car oui, le processus de compostage revient à reproduire dans un bac dédié, le phénomène de dégradation des matières organiques que l’on peut observer dans la nature, à travers la décomposition de feuilles en humus dans les forêts, et cela est à priori plutôt d’odeur agréable.

Ainsi, nos épluchures et restes de repas, plutôt que d’être jetés, transportés et enfouis sur de grandes plateformes avec les autres déchets ménagers, sont valorisés, simplement chez soi, afin de revenir à la terre sous forme de compost riche pour nos plantations.

Retenons cette phrase : comme tout organisme vivant, le composteur a besoin de manger, boire et respirer. Ainsi, pour assurer le processus de compostage, il est essentiel de respecter ces 3 gestes d’or :

#1 MANGER

Pour assurer la dégradation de la matière, en compost, il est nécessaire d’apporter à la fois des restes alimentaires, qui sont des matières azotées contenant beaucoup d’eau mais aussi des matières sèches, dites carbonées, qui permettent d’éponger cette humidité, de structurer le mélange. Ainsi, les mauvaises odeurs assimilables à la putréfaction, sont caractéristiques d’un simple manque d’apport de matière sèche, structurante.

Par ailleurs, pour que les microorganismes décomposeurs de la matière puissent travailler, il est important de déposer des biodéchets qui soient à minima pré-coupés, afin de maximiser les angles d’attaque et ainsi faciliter la décomposition de la matière. Aussi, plus les biodéchets apportés sont pré coupés (taille d’un poing), plus la décomposition est efficace.

Création :  ©Morgane Gastin

#2 RESPIRER

Il est nécessaire d’aérer brièvement le mélange en brassant en surface, afin d’homogénéiser les matières ainsi déposées dans le composteur et de faciliter le travail des micro organismes. En effet, cette aération permet d’équilibrer l’humidité dans le composteur pour offrir un terrain de vie idéal pour les microorganismes décomposeurs.

Par ailleurs, les restes alimentaires sucrés tels que les pelures de fruits ainsi ensevelis, n’attirerons pas les moucherons ou autres insectes non nécessaires au processus de compostage, en surface du composteur.

#3 BOIRE

Le mélange ainsi créé devra avoir une consistance ni trop humide, ni trop sèche.

S’il est trop sec, le processus de compostage ralentit. Il faut alors veiller à apporter suffisamment de restes alimentaires, riches en eau, pour réactiver la décomposition. Il peut également être conseiller d’arroser le mélange.

 S’il est trop humide, le mélange devient une masse compacte de biodéchets putréfiés, très dense, attirant des moucherons. La clé reste de revenir au 2 points précédents : ajouter de la matière sèche et brasser le mélange.

 

Finalement, le compostage ce n’est que du bon sens ! 

Un symptôme, un diagnostic, une solution ! 

A noter que, tous les insectes (sauf moucherons / guêpes) présents dans le composteur y ont un rôle à jouer. Ce sont eux, avec des bactéries et champignons imperceptibles à l’œil nu, les travailleurs qui grignotent et digèrent nos restes alimentaires pour les transformer en compost. La présence de toute cette vie du sol est donc un signe que le composteur est bien actif. Même ces grosses larves blanches mal-aimées, les cétoines, sont d’excellents indicateurs que le compost est mûr à point. Il faut les laisser là où elles sont !

Aussi, un composteur bien actif monte au-delà de 50°C. Cette montée en température démontre que les micro-organismes sont bien actifs pour décomposer la matière. C’est donc un signe que le compostage fonctionne très bien. Par ailleurs, cette montée en température assure une hygiénisation du compost, assurant que tous les éventuels agents pathogènes soient éliminés.

Le SIVED NG
à vos côtés

Achetez un broyeur individuel et recevez une aide jusqu’à 150€. Pour plus d’informations consultez notre article spécialement dédié. Ou bénéficiez d’un composteur individuel pour seulement 15€ ! Pour connaître les lieux, dates et plan d’accès des prochaines distributions, cliquez ici.

Aussi, pour répondre aux demandes gouvernementales, le SIVED NG souhaite déployer, dans les années à venir, un service de collecte séparée afin de développer diverses solutions de tri à la source des biodéchets. Un service de collecte en points d’apport volontaire dans les centres-villes. 

Source : Adobe stock