Territoire Economie Circulaire

Le Plan Régional de Prévention et de Gestion des Déchets de la Région Provence-Alpes Côte d’Azur (PRPGD) a mis en exergue la nécessité d’avoir des actions renforcées sur les Déchets d’Activités Economiques (DAE), et vise :

  • A diminuer les quantités de déchets non dangereux, en favorisant le développement de l’économie circulaire, entre 2015 et 2025, à hauteur d’une diminution de 600 000 tonnes, soit près de -10%
  • A diviser par 2 la quantité de Déchets d’Activités Economiques (DAE) collectées en mélange avec les Déchets Ménagers et Assimilés (DMA) en application du décret 5 flux en 2025 (différencier les flux de déchets des activités économiques collectés avec les DMA soit environ 670 000 tonnes)

Le SIVED NG, en partenariat avec Ecoscience Provence, s’est engagé avec l’ADEME (Agende De l’Environnement et de la Maîtrise de l’Energie) dans le cadre des initiatives nationales « Territoires Zéro Déchet Zéro Gaspillage » (TZDZG) entre 2015 et 2018. 

Le territoire a été retenu, parmi une douzaine d’autres en Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, pour s’engager à mettre en œuvre un projet politique participatif concernant la prévention et la gestion des déchets, dans une dynamique d’économie circulaire.

En cohérence avec les objectifs fixés par le PRPGD, l’ADEME, l’Etat et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur ont souhaité élargir la dynamique engagée sur les territoires TZDZG, en lançant l’appel à projets « Développement d’une Economie Circulaire sur les Territoires de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur » fin 2018.

Le SIVED NG, en collaboration avec Ecoscience Provence et les communautés de communes Cœur du Var et du Golfe de Saint Tropez, ont été lauréats de cet appel à projets. L’objectif est de mettre en place des actions en faveur de la réduction et du tri des déchets d’activités économiques et d’accompagner les professionnels et les administrations dans une dynamique vertueuse de gestion de leurs déchets. A partir de 2019 et pendant au moins trois ans, l’écologie industrielle et territoriale sera initiée dans les zones d’activités du territoire, le secteur du BTP sera accompagné par le syndicat et la CCI pour le tri et la valorisation de leurs déchets, les agents en charge de la gestion des espaces verts continueront d’être formés aux gestes éco-responsables, les écoles seront sensibilisées au zéro déchet, le label Commerce Engagé et ses déclinaisons, continueront d’être déployés.  

Rappels sur la notion d’Economie Circulaire (EC) :

L’économie circulaire s’oppose au modèle classique d’économie linéaire (extraire-produire-consommer-jeter). Elle doit permettre de réduire l’extraction des ressources en valeur absolue, quels que soient les niveaux de croissance économique et démographique. Il s’agit de faire mieux avec moins.

Proposant de nouveaux débouchés et demandant des compétences spécifiques, l’économie circulaire est un facteur d’attractivité du territoire. Elle constitue une formidable opportunité d’économies, de création d’activités et d’emplois. En aucun cas l’économie circulaire ne se réduit au recyclage. Elle propose une vision systémique des flux de matières et d’énergie, avec à la clé de nombreux leviers d’actions.

Dans le respect de la hiérarchie « Eviter, Réduire, Compenser », il s’agit ainsi de prendre en compte les trois champs suivants :

  • Production et offre de biens et services : approvisionnement durable, écoconception, écologie industrielle et territoriale et économie de la fonctionnalité ;
  • Consommation collaborative, demande et comportement : achat et consommation responsables (bonne utilisation des produits), réemploi et réparation ;
  • Gestion des déchets : au-delà de la réduction à la source, la gestion des déchets restants doit favoriser le recyclage et, si besoin, la valorisation énergétique.

Faire plus et mieux avec moins